Harmattan - 40, Rue St Jean 74120 MEGEVE FRANCE - Tél. +33 (0)6 67 01 93 81

Ces deux mots vont bientôt fêter leurs cent ans… et comme pour honorer ce temps qui passe, Megève l’ensoleillée préserve et transmet son héritage. La Grande Histoire du siècle passé n’aura pas été de tout repos, loin de là ! de même que chacun traverse peu ou prou les turpitudes de sa vie…

Les familles de montagnards, ainsi que celles qui s’y sont greffées, certaines par amour, d’autres par nécessité… les vacanciers, qu’ils soient nomades ou sédentarisés… tous ensemble, saison après saison, une à la fois rude ou clémente, nous bâtissons notre village touristique. La progression est douce depuis le jour où une baronne fuyant l’antisémitisme découvrit ce havre de paix… et un siècle plus tard, nous sommes fiers et heureux d’être ses légataires. Nous avons respecté nos montagnes, nos cours d’eau, nos forêts… tout en les offrants à nos hôtes.

le torse bombé, velu… la peau luisante et brune de soleil… le slip en satin rouge gonflé de testostérones… Mieux gaulé que Monsieur Loyal c’est certain ! Et on pourrait croire que pour maitriser aussi parfaitement ses fauves, Lise Vurpillot a quelque chose de ce saltimbanque ! Et bien changez vite d’image car elle ne ressemble pas vraiment à cette idée-là !

Strangers

L’harmattan est un vent qui souffle en Afrique de l’ouest, du Sahel vers le Golfe de Guinée… Et ainsi donc on peut se dire qu’il ne traverse jamais la Méditerranée et encore moins qu’il ne remonte jusqu’à Megève ! Hé bien si et contre toutes attentes l’Harmattan souffle bel et bien à Megève ! Certes ce phénomène ne date que de 2001 et n’a rien à voir avec le changement climatique, mais plutôt avec une passion africaine : la mienne !

C’est avec beaucoup de tendresse et d’affection que l’on regarde et que l’on touche ces sculptures en raku : les grosses bonnes-femmes d’Annie Cotterot.

De prime abord les gens sont toujours gênés lorsqu’ils entrent dans la galerie pour me demander des informations sur ces œuvres car ils ne savent jamais comment les nommer.

Lise Vurpillot, mon artiste fétiche, arrive avec ses nouveaux fauves… à pas de loup comme on dit… ou en l’occurrence à pas de tigre ! j’aurai dès le WE prochain pour cette nouvelle saison deux nouveaux lions et un...

Yann Perrier est passé ce WE apportant avec lui quelques merveilles.

Poteaux téléphoniques, traverses SNCF, mais aussi des essences plus connues de châtaigner, d’épicéa, de pin ou de chêne viennent donner corps à des œuvres toujours aussi envoutantes ! Et quel bonheur que d’entendre les « oh ! » et les « ah ! » des passants qui confirment ces choix.

Cet été des pièces particulièrement imposantes et belles viennent attirer la contemplation des visiteurs : une boule de 50 kg en châtaigner brûlé rehaussé d’or et verre organique ; une autre ou le pin teinté de pigments flamboyant semble en suspension…

Toutes plus incroyables les unes que les autres! On se perd littéralement dans ces œuvres qui interpellent autant qu’elles invitent à rêver.

"Je ne suis pas un peintre d’introspection. Je ne réfléchis pas avant sa réalisation. Je crois qu’il est important de maitriser la technique avant de prétendre dire des choses. J’ai la conviction profonde que par le truchement du travail, je me dirigerai inéluctablement vers un...

YaNn PERRIER

Le catalogue sera prêt pour cet hiver… un bel ouvrage à la hauteur des oeuvres de YaNn PERRIER! Mais en attendant pour tous ceux qui aiment l’artiste et son travail et qui se demandent comment cet OVNI en est venu là, je vous mets un petit récapitulatif des activités artistiques de ses dernières années :

© Pierre Daviller

#690

… ne restent plus que les oeuvres!

On dirait un teasing, et effectivement s’en est un pour moi comme pour tout le monde. Je compte les heures avant la réception des dernières pièces de Yann Perrier.

Voici pour le plaisir des yeux les premières photos!