Galerie Harmattan

40, rue Saint Jean 74120 Megève FRANCE

Tel. +33 (0)6 67 01 93 81


Pourquoi peignez-vous?

Depuis toujours le dessin accompagne ma vie, tant personnelle que professionnelle, pas une journée sans dessiner, toutes les formes de représentation graphiques m’ont offertes des joies intenses.

La peinture est venue tardivement, sans doute parce que le moment n’était pas venu, il fallait l’étincelle d’où jaillir la lumière.

Elle arriva soudainement, provoquée par un changement de vie.

La révélation vint également de la découverte des œuvres complètes de Kandinsky, l’art du dessin maîtrisé par le maître m’offrait une nouvelle histoire à écrire, je réalisais soudain que le peintre en moi dormait, et que je ne le savais pas.

Tout alla très vite, mes années d’exercices m’avaient donné toutes les clefs et la sensibilité de la représentation, et grâce à mon métier d’architecte, j’étais instruit à l’art de la perspective et de la représentation spatiale.

La peinture me permet aujourd’hui d’approfondir l’étude de la représentation, la vie m’offre l’absolu privilège d’une seconde passion après l’architecture.

Je peins au gré de mes envies, des lieux et des pays que je viens de visiter, des spectacles ou des concerts qui m’ont séduit, nul sujet ne m’est tabou, et mon art s’exprime pour représenter mes émotions.

J’aime passer l’écran de mes toiles et l’espace de quelques heures vivre intensément l’univers imaginé, essayer d’en ressentir l’emballement et le lyrisme, faire souffler le vent et tomber la neige, entendre le tumulte des villes, illuminer la sensibilité de la vie pour en extraire les sentiments.

Saisir les instants et offrir l’illusion des mouvements des êtres et des paysages me procurent un plaisir et une joie immenses.


Comment définissez-vous votre style?

Ma peinture est figurative, largement inspirée des techniques de représentation de la bande dessinée pratiquée dans mon enfance, elle se caractérise par une gestuelle spontanée, dynamique, toute de mouvement et de couleur.

Elle « saisie » un instant de vie, sans le figer sur la toile, mais au contraire en soulignant sa fluidité, l’avant et l’après.

La recherche du geste juste, traduisant le prolongement naturel du mouvement, (comme si ce dernier ne s’arrêtait pas lorsque le regard s’en empare), offre à celui qui contemple ma peinture l’impression que cette dernière s’inscrit dans une trajectoire se poursuivant au-delà de l’image offerte au regard.


Avez d’autres activités artistiques ?

L’architecture est considérée comme le premier des arts majeurs, j’ai le privilège de l’exercer depuis de nombreuses années.

Tous les jours, le processus créatif architectural me permet d’imaginer les lieux de vie futurs.

Savoir capter l’essence d’un projet, le développer au cœur des diverses contraintes inhérentes à la construction m’apporte beaucoup de satisfaction.

Je ne ressens aucune différence lorsque j’imagine un projet ou que je m’exprime sur la toile, la réflexion conceptuelle est la même. La pensée développe un processus identique.

Je retrouve dans ces moments d’immense bonheur, le plaisir du dessin, la passion créative d’une œuvre naissant sous ma main dans le prolongement de mon esprit, synthèse affective d’une vie d’expériences multicolores.

L’architecture et la peinture, sont des territoires immenses à découvrir et je les parcours avec délectation.



Je suis né en 1955 à Bourg en Bresse (France), j’ai le bonheur de maitriser l’art de la représentation, et dès mon plus jeune âge le dessin exprime l’univers de mon imagination.

A 16 ans je croque l’actualité pour un quotidien régional, puis mon métier d’architecte va m’offrir les voies de la construction spatiale, la richesse et le bonheur de pouvoir réaliser mes rêves de pierre.

Voici maintenant de nombreuses années que la peinture a rejoint ma palette d’expression artistique.

Sur mes toiles, le dessin existe bien sûr mais aussi la pâte généreuse, veloutée, ensorcelante, sculptée avec assurance dans les couleurs les plus audacieuses parfois.

Omniprésent le mouvement, enrichi de matière et de lumière, représente le monde et la vie.

Toujours impatient d’explorer, de découvrir et de jouer avec les gestes et les tonalités toujours réinventés, je me laisse guider par mes rêves en usant d’un langage sensible et extrêmement maîtrisé.


Peu d’entre nous connaissent l’expérience de la haute montagne, avec ses incroyables sensations où l’exaltation, l’effroi et l’audace se confondent, parmi les territoires de roches et de glace.

Je ne fait pas partie de ces hommes privilégiés, mais j’aime à les imaginer affrontant les éléments, progressant parmi les conditions extrêmes à l’assaut de leurs rêves.

Alors je me mets à peindre.

Je laisse parler mes émotions en oubliant la maîtrise et le contrôle de ma main, pour laisser s’exprimer la dramaturgie de l’escalade.

Il m’arrive souvent cette sensation extraordinaire, où pendant quelques secondes, mes émotions s’épanouissent, devenant un spectateur attentif et ébloui de ma main.

Je la regarde peindre, une sorte de dédoublement qui transforme l’exaltation lorsqu’elle nous submerge et transcende la pensée, pour prendre le contrôle du corps.

Dans ces moments intenses, une force se met en place, puissante, une porte s’ouvre vers la montagne et je deviens alors celui qui progresse vers le sommet, qui en ressent l’enthousiasme et la difficulté, qui subit le froid, la neige et le vent.