Galerie Harmattan

40, rue Saint Jean 74120 Megève FRANCE

Tel. +33 (0)6 67 01 93 81

Daniel Castan et Dominique Emard, deux points de vue sur la ville.

#DanielCastan #DominiqueEmard #Megève #galerieHarmattan


Ces deux peintres aux antipodes l’un de l’autre peignent le même sujet : l’urbain ! et qu’il s’agisse de New York de Venise, Tokyo ou San Francisco… Chaque peintre avec sa technique propre construit sa vision de la ville. Il y a la ville karstique, dynamique, celle qui déborde d’énergie, vue et peinte par Daniel Castan, le maître en la matière. Et il y a la ville de Dominique Emard : une ville figée, quasi une mappemonde urbaine ; si lointaine qu’elle semble abstraite.

En regardant les œuvres de Daniel Castan, on se laisse submerger au premier regard par leur dynamique, tout comme on l’est par la réalité de New York, de Singapour, ou de San Francisco. Pour qui connaît justement ces villes, elles ne sont pas juste de l’architecture : elles sont une atmosphère, une ambiance, une lumière, quelque chose de ténu bien plus impalpable que du vertical et de l’horizontal. Elles sont belles sous certaines couleurs que l’on ne retrouve que là-bas et dans les œuvres de Daniel Castan. Il s’agit d’un trait de lumière qui illumine un carrefour, de brumes qui offusquent le lointain, d’un mélange incertain de tons, de bâtiments juxtaposés, serrés, qui se chevauchent et finissent par disparaitre. Plus que la ville fidèlement représentée, il s’agit de la ville telle qu’on la ressent sur place et grâce à toute la parfaite technique expressionniste de Daniel Castan.

A l’opposé, les représentations de Dominique Emard pourrait presque être considérées comme des abstractions. Et peut-être en sont-elles comme les scories des insectes à la surface d’un morceau de bois. Mais à bien les regarder on reconnait très vite un lieu sous un angle inédit : ne serait-ce pas « Central Park » ici, ou le « Grand Canal » là, tous deux vus à des centaines de mètres de hauteur. Les peintures de Dominique Emard ne sont pas des représentations classiques des villes et de leur atmosphère. Bien au contraire ses oeuvres s’en départent volontairement par une distance qui réduit le bruit, les odeurs, la frénésie urbaine, jusqu’à ne plus en garder que la vision captivante de leur plan. Les villes sont ici des agencements de rues et de bâtiments, d’ombres et de couleurs… Non pas une évocation, mais une invitation à les pénétrer, à l’image d’antiques portulans.

La force des oeuvres de Dominique Emard réside dans cette captivante sensation d’apesanteur, de survol de ces territoires tout en ressentant une irrésistible attraction. Comme spectateur, nous sommes suspendus, presque des démiurges.

Les deux artistes confrontent leurs univers pour l’été à la galerie harmattan.