Galerie Harmattan

40, rue Saint Jean 74120 Megève FRANCE

Tel. +33 (0)6 67 01 93 81

#JosephPiermatteo #GalerieHarmattan #Megève #femme #Venise #Peinture


L’univers pictural de Joseph Piermatteo se construit au travers de plusieurs thèmes. Les femmes, l’Italie, les ports, la Toscane… sa lumière…

ET Venise… Loin d’échafauder une  représentation exacte de cette ville, l’oeuvre de l’artiste, par l’accumulation, rassemble des souvenirs, des atmosphères et des sentiments qui tous se rattachent et ramènent à la Sérénissime. Ainsi il y est autant question des ciels étoilés et de leur reflet sur la lagune, que des palais vétustes ou magnifiques, des ruelles et de leur image dansante… des ponts bien sûr et des gondoles cela va sans dire. Tout cela autant dans le cliché que dans le souvenir fantasmé. Tous ces éléments illustrent une quiétude, une douceur de vivre qui nous plonge dans ce que l’on rêve de Venise.

De même, les représentations féminines ont une grande importance dans le travail de l’artiste. Qu’elles soient courtisanes, nonchalantes ou belles Italiennes… les femmes aux chevelures exubérantes se montrent toujours parées d’oiseaux, de fleurs… à la fois frivoles et gracieuses.

Les lignes, comme les couleurs, sont des éléments centraux pour cet artiste. La lumière accompagne le trait, lui donne une température, donne une inflexion de l’ordre du sentiment à sa direction… ainsi le bleu fait de ces femmes des apparitions nimbées de mystère, tandis que l’ocre leur donne la vie, ou le rose et le jaune la gaité et la spontanéité…

Piermatteo est autant un peintre de la ligne que de la lumière, à la fois illustrateur de sentiments, de souvenirs que les colorisant pour nous les rendre plus vivaces et plus présents!

6 vues

#JosephPiermatteo #Venise #GalerieHarmattan #Megève


Le métier de galeriste m’offre la chance de rencontrer des gens qui aiment réellement et sincèrement une œuvre. Car le vrai plaisir de l’art se trouve dans les sentiments beaux et bons que génère une peinture ou une sculpture. L’érudition a peut-être sa place dans l’appréciation de l’art. Mais elle est secondaire. Lorsque la rencontre se fait, entre l’œuvre et le spectateur, alors l’artiste a réussi son œuvre. Il a su toucher à l’intimité du spectateur, au-delà des barrières et des conventions.

Voici une lettre reçue ce matin qui me touche particulièrement :


« Cher Monsieur,

Internet m’a offert l’occasion de voir une large palette de la production de Joseph Piermatteo. Venezia Blu n’y figure pas. Cette oeuvre devait nous être destinée ! J’ai vu d’autres de ses oeuvres représentant Venise mais, à mon avis, Venezia Blu est la plus aboutie. Nous sommes impatients de la voir accrochée au-dessus du canapé en cuir blanc. Dans mes recherches j’ai eu la chance de tomber sur votre article d’avril 2015  »L’art est-il une marchandise comme une autre ? ». Nous avons ainsi mieux compris votre métier de galeriste et l’état d’esprit dans lequel vous exposez les artistes qui vous font confiance. Pour nous ce fut une première fois : sortir d’une galerie en tant qu’acheteurs ! D’habitude nous les fréquentons peu. Megève suscite parfois des moments inattendus. Dans votre article j’ai retrouvé l’expression des sentiments qui nous ont animés lorsque nous sommes tombés  »en amour » devant cette représentation de Venise, si colorée, si joyeuse, cette ville où nous sommes allés trois fois toujours animés du même plaisir. Maintenant tous les matins j’aurai l’impression de me réveiller au bord de la lagune ! Ce tableau sera plus qu’un décor, l’évocation de souvenirs, sans oublier les livres et téléfilms du Commissaire Brunetti imaginés par Donna Leon dont le personnage principal reste Venise ! Nous ne sommes pas de ceux qui traquent l’ascension de la côte de l’artiste pour négocier une revente, d’où notre intérêt à connaître l’histoire de Piermatteo avec cette ville magique et la genèse de Venezia Blu. Comme vous le dites si bien en parlant des amateurs, nous sommes en effet dans l’attente du mieux-être que nous procurera cette oeuvre chez nous. Nous serons heureux de savoir quelles histoires, quelles références nous partageons avec l’artiste à propos de cette ville magique. Si nous n’avons pas l’occasion de le rencontrer prochainement à l’Harmattan, je communiquerai par mail avec lui et lui enverrai une photo de son oeuvre en place. (…)

Dans l’attente de vos nouvelles et au plaisir de vous revoir à Megève, recevez, cher Monsieur, nos cordiales salutations. »

44 vues